La Peur du loup chorégraphie de Nathalie Pernette

La Peur du loup

La compagnie Pernette

Nathalie Pernette, chorégraphe et danseuse, fonde en septembre 2001 sa propre compagnie, après 12 années de collaboration avec le chorégraphe Andréas Schmid.

La compagnie Pernette, sous sa direction artistique, a trouvé en 10 ans, sa place dans le paysage chorégraphique national et international.

Trois axes majeurs caractérisent les actions menées ces dernières années :

La création

11 pièces ont vu le jour depuis la création de la compagnie… Délicieuses – 2002, Le Nid – 2003, Je ne sais pas, un jour, peut-être… – 2002/2004, La Flûte enchantée – 2005, Le Cabaret martien – 2006, le triptyque Les Naufragées – 2006, Le Repas – 2007, La Maison – 2009,  Les Miniatures – 2009, les Indes dansantes – 2010 De Profundis – 2011 et La Peur du Loup – 2011.

Ces projets artistiques ouvrent sur des horizons différents, certains réunissent uniquement des danseurs contemporains (Le Nid, Je ne sais pas, un jour, peut-être…, Les Naufragées, Le Repas), d’autres intègrent des interprètes hip hop et des musiciens (Délicieuses, La Flûte enchantée, Les Indes dansantes), d’autres enfin sont liés à des actions culturelles à destination d’amateurs danseurs ou musiciens (Le Cabaret martien).

La diffusion

Toutes les pièces sont maintenues au répertoire et le nombre de représentations par saison, tous spectacles confondus, varie entre 60 et 150.

Le Sacre du Printemps – 1999 et Suites – 2001 créés avec la compagnie Schmid-Pernette font également partie du répertoire et ont été présentés régulièrement jusqu’en janvier 2006.

Nathalie Pernette désire que la danse puisse être vue et défendue dans des lieux de natures multiples, ses spectacles sont présentés à la fois sur des grands plateaux nationaux (Théâtre de la Ville, Opéra Bastille, Théâtre de Chaillot, scènes nationales et conventionnées…), dans des festivals (Vaison Danses, Uzès Danse…) et dans des lieux urbains ou ruraux, en extérieur comme en intérieur.

Cette large diffusion vise à faire connaître et aimer la danse, en abolissant autant que possible les préjugés et les réticences.

La sensibilisation

Une des priorités de la compagnie consiste à faciliter l’accès à la danse à un large public. Pour cela, de nombreuses actions de sensibilisation sont assurées par les danseurs qui ont tous à cœur de partager leur passion. Ces interventions prennent des formes très variées et sont destinées à toutes les générations quel que soit leur niveau. Elles sont organisées en lien avec une diffusion (rencontre, stage, répétition publique, « mise en bouche ») ou de manière indépendante (formation de formateurs, classe à parcours artistique et culturel, ateliers de pratique artistique, interventions ponctuelles en école de danse). Elles se mettent en place également dans des logiques d’actions territoriales grâce à des résidences à l’initiative de lieux (théâtre de l’Espace, scène nationale de Besançon ; théâtre des Bergeries à Noisy-Le-Sec) ou de territoires (Département du Bas-Rhin, ADIAM 67 ; Département du Cantal, ADMD 15)

La relation à la musique vivante, l’ouverture sur d’autres gestuelles, le rapport à la matière et la transmission du plaisir de la danse, en pratique ou comme spectateur, sont autant de choix artistiques et éthiques autour desquels se retrouve l’ensemble de l’équipe de la compagnie.

Les commentaires sont fermés.